Une rencontre exceptionnelle avec l’une des dernières légendes de l’Aïkido ! 
 
Sensei Abderrahim Smahi est connu pour deux choses,avoir fondé l’école d’arts martiaux aiki shuren dojo Maroc ,un style d’aïkido traditionnel de premier plan pratiqué dans le monde entier, et être le seul à avoir côtoyé dans un premier temps au niveau national en Aikikai et ce durant de nombreuses années maître M’barek El Alaoui et maître Loqman ainsi que Sensei Tamura qui a effectué de nombreux stages et visites au Maroc considérant les marocains comme les frères originels des japonais en arts martiaux. Sensei Abderrahim Smahi cotoya également les monuments historiques de l’aïkido tel que Sensei Yamada et kanai qui lui décernèrent son premier grade Shodan aux USA lors du stage commémoratif de ses 30 ans d’enseignement dans ce pays le 30 août 1994. Le stage Ushi- Deshi en France en août 2002 fut un élément marquant de la vie martial du Sensei Abderrahim Smahi non seulement par la présence de tous les grands maîtres mondiaux de l’aikikai ayant marqué cet art a savoir Yamada, Tamura, kanai,Chiba, Tohei, Chibata, mais aussi du style iwama comme sensei Daniel Toutain, sensei Waka( petit-fils du fondateur ueshiba ) Hito Hiro sensei, Sensei Titarelli, Sensei Tristao Da Cunha, Misuchi Saito et surtout Sensei Hito Hira ce dernier a permis au sensei Abderrahim Smahi de suivre la voie de l’aïkido traditionnel ,le Dento iwama ryo tel  transmis par le fondateur.C’est durant cette période qu’il eût l’ultime conviction du bien-fondé et de la responsabilité de préserver et perpétuer cet art en ouvrant la seule et unique école au Maroc dédiée au style « iwama Ryu ». Étant l’un des derniers héritiers du Fondateur, il souhaite aujourd’hui mettre l’accent sur son enseignement qu’il considère comme étant une partie trop souvent délaissée de la mutation de l’aïkido tel léguée par le fondateur.
 
J’ai eu la chance de passer du temps à plusieurs reprises avec Sensei Abderrahim Smahi J’ai été passionné par son savoir, touché par sa générosité, mais avant tout ébloui par l’homme. Abderrahim Smahi est l’un des rares adeptes pour qui le titre de maître prend tout son sens. Je suis heureux qu’il ait accepté à nouveau mon interview, et je vous invite à venir nombreux apprécier l’enseignement de ce géant méconnu de l’Aïkido.
 
D’après votre longue pratique de 40 ans d’aïkido qu’elle est la philosophie ou les pilliers que vous pensez essentiels sur lesquels repose cette pratique ? 
 
« La voie du guerrier a été mal comprise comme moyen de tuer et détruire. Ceux qui recherchent la compétition commettent une grave erreur. Frapper, blesser, ou détruire est le plus grave péché que puisse commettre un être humain. La véritable Voie du Guerrier est de prévenir le meurtre, c’est l’Art de la Paix et le pouvoir de l’Amour. » Maître Morihei  Ueshiba . 
 
En lisant ces paroles d’extrême sagesse, je n’ai  pas pu résister d’entamer quelques recherches sur cette voie particulière, qui mérite vraiment qu’on s’y intéresse et cela dit j’ai  trouvé de grandes similitudes avec les préceptes de notre religion musulmane qui comme tout le monde le sait prône la paix, la bienveillance, le courage ,l’amour, et l’empathie. Le fondateur avait pour habitude de dire a ses disciples que son art se résumait a un « art de paix  » et qu’au fait qu’à chaque soir au moment de se coucher il enlevait son cœur ,le purifiait de toute idée négative, jalousie , haine, ou rancune envers les humains sur terre pour le remettre a l’endroit au lever du soleil et commencer ainsi une nouvelle journée en toute positivité et bienveillance.
 
La philosophie de l’ Aïkido se fonde sur quatre gratitudes, quatre vertus et neufs piliers très similaires a notre religion musulmane.
 
 
Les quatre gratitudes :
 
– Gratitude envers Dieu, pour le don de la vie.
Si vous comprenez les principes de l’aïkido, vous serez heureux d’être vivant et vous accueillerez chaque jour avec une grande joie. Lorsque vous vous inclinez profondément devant Dieu qui nous a donné la vie il sera présent dans votre cœur et vous aidera dans tous les pas et circonstances de votre vie.
 
– Gratitude envers nos parents, notre famille,nos ancêtres ainsi que tous les anciens qui nous ont précédés ,nous devons demeurer reconnaissant pour le don de notre corps physique, du savoir transmis , de l’éducation , des principes et valeurs d’éthique transmises que nous transmettons à notre tour.
 
– Gratitude envers les autres êtres humains.
Par définition, l’aïkido signifie coopérer avec chacun, et ceux dans toutes les religions, ainsi que le prône l’islam , qui est une religion d’acceptation, de tolérance universels.
 
– Gratitudes envers les plantes et les animaux qui sacrifient leur vie pour nous.
 
La gratitude est un antidote efficace au ressentiment que nous pouvons éprouver envers les autres et le mal que nous abritons en gardant rancune aux autres.  Les êtres reconnaissants évitent de s’apitoyer sur eux-mêmes et réfrènent toute envie de se plaindre du sort que la vie leur a réservé.  Un autre aspect de la gratitude est le respect, par-dessus tout, pour les autres êtres humains.
 
Les quatre vertus :
– Le courage.
Pour maitriser un art quel qu’il soit il est indispensable de s’engager totalement dans la pratique.  Nous nous entraînons parce que cela est difficile et non parce que cela est facile.  Mais si nous nous entraînons dur, nous en sortirons triomphants. 
Un entraînement dur conduit à une victoire facile.  La victoire que nous recherchons est de pouvoir triompher de tous les défis et de mener le combat jusqu’à son terme afin d’accomplir notre destinée.  En aïkido, nous n’attaquons jamais.  Si vous frappez le premier pour prendre l’avantage sur l’autre, cela démontre que votre entraînement est insuffisant et c’est en fait vous qui avez été vaincu.
Un autre aspect du courage est l’intrépidité.  Le courage est symbolisé par la flamme, le feu tenace que rien ne peut éteindre.
 
– La sagesse
La sagesse est un don de Dieu qui l’a donne a certaines personnes mais pas d’autres selon sa volonté , les voies et volontés dans son ultime de Dieu dans son ultime  sagesse et bonté restent impénétrables.c’est une vertu que l’on cultive sans jamais atteindre la perfection, mais qui est destinée a ceux qui la recherchent ce qui explique la différence de niveau entre tel ou tel pratiquant ayant reçu le même enseignement.
 
Ne jamais cesser d’apprendre, La sagesse du monde est contenue dans les livres et en les étudiant, il est possible de créer un nombre infini de techniques.  Étudiez et pratiquez, puis réfléchissez à vos progrès.  L’aïkido est l’art d’apprendre en profondeur, l’art de se connaître soi-même.
 
 
–  L’amour
Dans le véritable budo, il n’est pas d’ennemi.  La voie du guerrier n’est pas de détruire et de tuer mais de protéger la vie.
La terre symbolise la réalité chaude et concrète de l’amour.
 
 –  L’empathie
C’est la dimension sociale de l’aïkido. 
Elle est symbolisée par l’eau, élément qui nourrit constamment le monde.
 
Les quatre vertus nous aident à nous attaquer aux quatre défis (vieillesse, maladie, mort et séparation d’avec les êtres chers).  La vie est toujours un combat.  En nous encourageant à être plus braves, mieux avisés, plus aimant et plus empathique, la philosophie de l’aïkido nous arme pour faire face aux défis douloureux et intimidants. 
Les techniques d’aïkido sont plus une thérapie pour le corps, c’est simple , plus ils sont douloureux, plus ils renforcent notre corps et esprit en nous immunisant de patience et de force. Le pratiquant pense qu’il choisit l’aïkido alors qu’en définitive c’est l’aïkido qui choisit ses pratiquants.
 
Les neufs piliers
Les techniques d’aïkido sont les vecteurs d’une transformation, elles sont supportées par 9 piliers.
 
1. Shiho
Universalité: littéralement, les 4 directions symbolisant les 4 gratitudes, les 4 vertus, les 4 défis.
Shiho signifie considérer les choses sous tous les angles.
 
2. Irimi
Entrée, harmonisation: « lorsqu’un adversaire approche, avancez pour l’accueillir. » 
Souvent la meilleure façon de gérer une opposition est d’entrer à sa source et puis de s’harmoniser avec elle.  Toute agression potentielle devient impossible.
 
3. Kaiten
Ouverture et rotation.
Renferme les notions de disponibilité, d’ouverture d’esprit et de sincérité. 
« Le secret des mouvements de kaiten réside dans votre esprit et non dans votre corps. »
 
4. Kokyu
Puissance du souffle et bon rythme. 
De nombreux exercices d’aïkido nous apprennent à développer une respiration profonde et puissante en puisant au cœur même des rythmes de la vie pour une meilleure synchronisation avec l’environnement et les circonstances.
 
5. Osae
Maîtrise de soi et contrôle de la situation. 
Les clefs et immobilisations permettent de contrôler une attaque, de garder le contrôle de la situation avant qu’elle ne nous échappe.
 
6 Ushiro-waza
Traitement de l’inconnu. 
L’aïkido nous prépare, grâce aux attaques venant de l’arrière, à développer le sens permettant de percevoir l’attaque avant qu’elle ne se produise et donc à se préparer à l’inattendu.
 
7. Tenchi
Se tenir bien campé entre le ciel et la terre. 
Nous devons  maintenir l’équilibre entre le ciel ( la vacuité) et la terre ( la forme).
 
8. Aïki-ken et aïki-jo
Le sabre de la détermination et le bâton de l’intuition. 
Comme en aïki-ken où les mouvements sont rectilignes et directs, nous devons agir avec détermination.  Mais sans négliger l’intuition qui nous permet de réagir dans l’instant et de manière appropriée comme au jo.
 
9. Ukemi
 Ukemi signifie chute mais également rebondir après une erreur.  « Chaque erreur nous donne une bonne leçon. »
Les ukemi sont également un exercice d’humilité indiquant que nous ne sommes pas trop fiers pour être projetés et que nous sommes suffisamment déterminés pour nous relever.
 
Un autre principe de l’aïkido est muteiko, c’est-à-dire :
 – non résistance « celui qui ne résiste pas est victorieux »
 – non-assertion « la meilleure façon de conquérir un ennemi est de ne pas s’engager avec lui »
 – non-violence.
 
Le dernier principe fondamental est masakatsu agatsu katsu hayabi
« la vraie victoire est la victoire sur soi, ici et maintenant »
C’est la réponse faite le plus souvent par Maître Ueshiba à la question « qu’est-ce que l’aïkido? » Et réponse également mentionnée par le prophète Mohamed SAWS à la question de la vraie force , sa réponse était toujours celle de celui qui arrive à se contrôler dans un moment de colère.
 
Le style traditionnel iwama et les armes ?
 
Aujourd’hui le sabre n’est pas beaucoup travaillé, et les aïkidokas n’ont pas cette expérience du combat. Je voudrais qu’ils étudient cet élément que j’ai pu comprendre. Je ne veux pas garder cette expérience pour moi et partir avec. Ce serait triste par rapport à ce que maître Ueshiba nous a laissé. Il y avait chez lui une incroyable chaleur humaine, mais en même temps il avait un côté très martial. Sa pratique était tranchante comme un rasoir, et ça me peine que l’on rejette cet aspect de l’Aïkido. C’est cette partie que j’ai apprise que je veux faire comprendre, partager. Il ne faut pas que cela disparaisse car c’est aussi ça l’Aïkido.
 
Interview faite par l’Elève Slaoui Habib Ahmed

Leave a Comment

Newsletter